Etre maman (parents) qu’est ce que c’est? le double emploi

Etre maman qu’est ce que c’est? Déjà, nous ne sommes pas à proprement parlé préparé. Vous savez juste qu’il va falloir changer les couches plusieurs fois par jour, que c’est tout mignon et que ça rempli votre vie de bonheur. Tout ça est vrai. Cependant, pour ma part, je ne savais pas que j’aimerai autant un petit être.  Votre mari vous l’aimez? oui mais c’est rien comparé à ce que vous ressentirez pour votre progéniture.

Mais tout d’abord, revenons au début de leur vie. Il y a les couches à changer, de la petite crotte à la grosse diarrhée. Préparez vous à en avoir plein les mains, les doigts et aussi que les petits pipis vont jaillir sur votre plus belle toilette dès le matin. Et en plus ça crie.. pardon ça hurle. Vient le jour où il faut trouver la crèche ou la nounou ou les deux car papa et maman travaillent. Et là je vous dis bonne chance. Pour l’instant je n’ai pas eu beaucoup de chance coté nounous. Entre celles qui veulent revoir leur contrat tous les mois pour gagner plus car leurs copines gagnent plus, celles qui ne supportent pas votre retard de 10 minutes et qui vous le disent et celles qui vous volent (oui oui ça existe) et ben franchement c’est limite si vous vous demandez si vous n’allez pas arrêter de travailler ou vous mettre à 80% (si vous le pouvez).

Vous ne vous disputiez jamais avec mon mari? ou sur des sujets que vous trouvez futiles aujourd’hui? dîtes vous que les disputes vont maintenant se concentrer sur cette petite chose pleine de vie. Qui va le déposer ce matin? t’as une réunion? moi aussi. Il y a grève à la crèche? qui va poser? tu ne peux pas? moi non plus. D’après une petite enquête réalisée par mes soins dans mon entourage, les mamans sont celles qui trouvent le plus souvent la solution. Tiens, j’en fais partie. Le mois dernier, j’ai prévenu la crèche et mon mari que je serais hors de paris pour le travail donc injoignable car en pleine campagne. A 15 heures 30, après avoir retrouvé une connexion, je constate que mon mari et la crèche ont essayé de me contacter à 13 h. J’appelle mon mari qui me dit que notre petit est malade et qu’il ne sait pas quoi faire. A 16 h 30, après avoir passé 50 minutes au téléphone pour trouver un médecin et quelqu’un qui irait le chercher, j’arrivais enfin sur mon lieu de travail épuisée. Je ne ferais aucune remarque, j’aime mon mari.

Ensuite, viens le moment où il gazouille, où il se déplace à quatre pattes. Oui c’est un vrai bonheur. Mais les ennuis commencent: « attention à la table, attention tu vas tomber et tu peux te faire mal, non on ne lèche pas par terre, on ne met pas le petit lego de ton frère dans la bouche ». Mais c’est vrai que c’est une belle période car l’enfant devient intéressant.

Arrive le moment, où il marche. Aie aie aie!!! « Non maman est pressée, va dans la poussette, tiens moi la main, ne cours pas dans la rue, tiens la poussette, ça fait 10 fois que je te dis de venir, mais si mange c’est très bon la purée de brocolis. »

Mais le must du must, c’est quand votre enfant chéri, commence à parler marche et court. Il devient alors une petite terreur à deux pattes. Faites bien attention à ce qu’il vous répond car parfois ça peut être très drôle: « Viens prendre ton bain réponse: non. Viens te coucher réponse: non. C’est le 6 ème livre que tu lis, maintenant faut dormir réponse: non, t’as fini sur le pot? ah, tu veux voir ton caca, t’es sur? ohh la la il est beau ton caca!!!! » Et le rituel du coucher peut être un vrai casse-tête: « maman câlin » « maman j’ai soif » « maman pipi » « maman câlin » et tout cela prend 20 minutes au moins. Il est 21 heures et vous n’avez toujours pas mangé.  Comment peut on refuser un câlin à son tout petit?, et bien on ne peut pas mais on essaie tant bien que mal d’être ferme.

Ensuite, et ça c’est tout au long de leur existence, les enfants tombent malade. Donc la nuit de sommeil n’est à ce moment là qu’un mythe (je vous épargne la grasse matinée qui devient pendant les trois premières années inexistante). Pour ma part, lorsque mes enfants sont malades, je perds l’appétit et je ne dors pas bien. Je vais les voir souvent la nuit m’assurer qu’ils respirent, je me blottis près d’eux en me disant que ça va les apaiser (enfin de compte c’est moi que ça rassure). Ensuite vous appelez le médecin à la première heure le lendemain (si vous pensez que le 15 n’était pas utile la nuit) en espérant avoir un rendez vous dans la matinée. Dans la continuité, on appelle le boulot pour dire qu’on ne pourra pas être présente de la journée même en faisant son maximum (et malgré la meilleure volonté du monde) et que le réunion ultra importante devra se faire sans vous.

Encore aujourd’hui, lorsque je prévois un week end en amoureux ou une journée à l’extérieur de Paris, j’ai un stress, de peur qu’un de deux soit malade. Un jour, alors que j’étais à Londres pour la journée, la crèche m’appelle et souvent c’est mauvais signe (toujours enregistrer le numéro de la crèche sur votre portable, ça vous laisse au moins 3 secondes pour vous préparez psychologiquement et commencez à faire votre sac en même temps que vous prenez l’appel). Mais ce jour là, super papa était là. Pensez avant de partir, à prévoir un plan B pour votre enfant: s’assurer que Papa n’est pas trop loin et pourra gérer la situation ou les grands parents (si vous avez la chance de les avoir à proximité).

Chose importante, ne laissez personne vous dicter ce que vous devez faire avec votre enfant, faîtes à l’instinct surtout au niveau de l’éducation. Au début de notre nouvelle vie de parents, nous avions décidé avec mon mari de continuer de voyager (mais sans bébé). Certains, dans notre entourage ne comprenaient pas que l’on puisse laisser notre enfant pendant 10 jours. Je précise que notre fils était chez ma mère et pas en pension. Ça nous a toujours fait beaucoup de bien de nous retrouver tous les deux. Maintenant nous partons avec l’aîné pour les grands voyages. Et franchement on ne regrette rien et si c’était à refaire nous le referions. Ne jugez pas, l’équilibre d’un couple est important lorsque l’on a des enfants. Partez ou retrouvez-vous le temps d’une soirée rien que tous les deux.

Ce que j’aime le plus, c’est quand je finis ma journée de travail et que mes collègues me disent « ah t’as de la chance, t’as déjà fini ». Et non ma grande, ma deuxième journée commence dans 40 mn et je ne poserai mes fesses sur le canapé à siroter un fond de vin pour me féliciter de ma journée qu’aux alentours de 21 heures. Et toc!!! Oui j’ai une pensée méchante et j’en suis navrée.

Mais depuis que j’ai des enfants, j’ai découvert une chose importante sur moi, sur ma personnalité, c’est la patience. Oui vous allez craquer car les enfants sont plus patients que vous et ils sont têtus. C’est l’horreur mais franchement vous vous rendrez compte que tout cela est vite oublié, souvent dans les 30 minutes qui suivent leur endormissement (faut pas se mentir, un enfant qui dort est un bonheur pour chaque parent). Vous déprimez pour le jour suivant? je ne crois pas, car même si vous rentrez dans une routine, vous vous rendrez compte que contrairement au travail, avec votre enfant chaque jour est unique? Profitez à fond, pleurez si vous en avez envie car dîtes vous que vous n’êtes pas la seule.

J’ai beau être active, très active, avoir deux enfants, gérer les emplois du temps, les rendez vous chez le médecin, trouver les solutions pour les gardes, il m’arrive parfois de craquer.Nous sommes humains et surtout parents ça veut souvent dire DOUBLE EMPLOI.

 

Rendez-vous sur Hellocoton !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *